Accueil Astrophys. Astronomie Sciences Bricos Observation

Un froid de canard bien saucée.. !

Voilà environ une semaine que je bataillais sérieusement avec ma mère pour pouvoir aller au Cambre d’Aze (2200m) avec quelques astronomes rencontrés à Tautavel. L’accord est finalement passé après une gueguerre froide quasi permanente (Voui, j'ai un sacré sale caractère quand je veux… héhé) et nous voilà parti pour monter avec deux copines pour une nuit croquignolesque en compagnie d’ours et de nounours en tout genre…

18h, les filles arrivent chez moi, chargées comme des mulets avec deux gros sacs chacune et une tente sur leurs petites épaules… « Z’ètes au courant qu’on y monte que pour une nuit ? » Après un p’tit coup d’œil sur les photos du festival pour « les pseudo-présentations » et un appel météo où le temps était en train de se lever, nous voilà embarquées dans la vieille golf de Mamie...

Arrivées en bas de la station, il pleut des cordes, voire même des supercordes, il tonne, il flashe des éclairs plein le ciel, mais sage je ne suis pas et on monte quand même, il parait que ça va se découvrir vers les 11h. En montant un chemin quelque peu sinueux, on aperçoit au loin une lumière rouge : « ahhhh, un ovni,… une secte !! On retourne »
Bon, j’ai pas pu me moquer surtout que quelques mètres après le chemin est barré avec des ficelles et deux cannes accompagnées d’un panneau « … À vos risques et périls ». Quand elle (ma mère) a vu ça « non, c’est pas là j’te dis… j’m’en fou, je retourne ». Bon, heureusement que j’ai pu appelé Cyril qui parmi les brouhahaahaaa m’a affirmé que c’était effectivement le chemin.
Suite à cela, nous continuons jusqu’à … Ce que l’on se trompe par ma faute (Oui mais, il m’avait dit qu’il fallait toujours aller à droite…) et que la montée fut très difficile… Arrivées au milieu de la piste, je sors rappeler (oui, encore..) sous la pluie sans mon paratonnerre l’ayant déjà bousillé lors d’une petite remontrance… et un garçon viendra gentiment nous chercher.

On arrive l’air de rien, le télescope à la main comme si on allait s’en servir et la casquette comme s’il y avait du soleil… On nous accueille toujours aussi convivialement et voici que l’ on me lance des « Salut Albert », « Hello Albert Galilée »… Elles se propagent sacrément vite les nouvelles en Terre catalane… Vous voulez dire que je ne serai donc pas un jeune gars prétentieux ??? Même pas un p’ tit con qui s’ la joue ?? …

Aparté mangeaille en compagnie de William, toujours aussi avenant, qui nous propose une boisson requinquante dont je ne me rappelle plus le nom (bagnouls ?) mais c’était très bon. Et puis au moins ça réchauffe, c’est pas comme le taboulé. J’me demande qui a eu cette idée du taboulé glacé… Ce petit pique nique fut suivi d’une bien belle conférence où se mêlent quantité d’infos et anecdotes.
C’était super intéressant. En fait, ça va, on a tout compris (Oui, parce que de brillantes copines que j’avais amenées dans la galère, pensaient que les astronomes étaient une drôle d’espèce possédant un langage innaccessible … )

Puis, les nuages ayant établi domicile, les gens normaux redescendent petit à petit et on est allé se coucher pour certains dans le chalet, pour d’autres, pauvres malheureuses, sous la tente dans le froid de la jungle infernale où les ours et le grand méchant loup pourraient…. Oui, à plusieurs en campo, y’en a toujours une pour psychoter.
Et puis, sur les coups de 3h du mat, on découvre avec joie que les nuages ne sont finalement pas géostationnaires. On y vaaa !

Mince, on voit le sol, « oh, nooon, y’a la Lune… », Mais quelle Lune ! Pas un souffle de turbulence et la région des Appenins est près du terminateur ! Une vraie belle Lune, pas ce gros lampadaire-boule satellisé souvent très turbulent en plaine, qui du coup est très propice aux excursions avec l’hypérion (8mm) et la barlow (x3) !

Ensuite… Bin, j’ai essayé les dentelles …Naïve, je suis ! Rien vu, rien aperçu même en y restant 10 min en vision décalée…La Lune si sacralisée deux lignes plus haut va vite dégonfler ses chevilles… Du coup, on a été cherché crumbel (:p) heu .. Dumbell (néb. planétaire) et un amas ouvert à coté que je n’ai jamais cherché à reconnaître et puis ce fut l’occasion de réviser les infos reçues à la conférence. Zoom sur m31et m110 (non pas 36…) les deux galaxies d’Andromède.
Mais c’est vrai qu’avec cette Lune si imposante, les objets sont plus discrets comme s’il s’agissait d’un mafioso de laquelle on se cacherait par crainte pour ne pas avoir d’ennuis. Seul résistant ou complice, le p’tit m37, qui nous montrait étonnamment un bon nombre d’étoiles. Puis, ce fut la séance d’entraînement en attendant qu’Orion se lève un p’ tit peu c’te faignasse. Marie (l’une des deux copines) s’arme du télescope et essaie de pointer la Lune en louchant :D … J’me moque mais elle y est brillamment arrivée !

Et vient le tour de cette géante du ciel d’automne, ma première de l’année, la belle nébuleuse d’Orion. Et qu’elle surprise à travers l’hypérion !! C’est beau, vert et contrasté avec plus de détails près du trapèze par rapport à l’an dernier.

Il est 6h…On ne sent plus nos pieds, il est donc l’heure de rentrer. Un dernier coup d’œil au LX à côté (snif) qui aura passé la nuit dehors sans un seul photon et rentrons sur le port avec un sacré bol de nostalgie du club Erato (club du lycée)…

Le « lendemain » matin, le LX reprend du service pour une observation du soleil en h-alpha…Une étoile magnifique qui nous montre pour notre première fois ce que l’on appelle la prairie et une belle protu en forme de fontaine à Trois jets avec un pont entre deux d’entre eux... On y aurait aisément passé la matinée ! … Mais toute bonne chose à une fin et il est déjà l’heure de partir.

Voilà, une belle nuit croquignolesque comme qui dirait, où franche rigolade et partage étaient de la partie. Un grand merci aux astrams catalans pour l'invitation et leur gentillesse omniprésente !!
Merci de m’avoir lu, vous pouvez désormais vous réveillez et reprendre vos activités.

Pour m'écrire