Accueil Astrophys. Astronomie Sciences Bricos Observation

Coloquinte à la graisse de hérisson.. !!

Mercredi soir nous étions invitées à manger chez une prof de maths (oui, de maths, certes, mais bon, personne n’est parfait…). Et donc, pour vous dire, ces personnes habitent un endroit non pollué 2 km au dessus du casino… Au beau milieu d’une forêt où lapins et sangliers philosophent en liberté. Un coin tout à fait sympathique pour observer vous l'aurez compris. Malgré l’argumentation délirante de ma mère et de ma grand-mère, j’ai donc décidé de prendre le télescope quand même. (Moi, obstinée ? nooon, juste sensée siffleur )

Arrivé là haut, j’apprends déjà que l’endroit où j’ai posé mon télescope est truffé de sangliers… Mais je ne panique pas. J’inspire un grand coup l’air de rien et sifflote d’un air détendu comme si un oryctérope ne pourrait à tout moment me foncer dessus… C’est donc légèrement crispée que je règlerai mon chercheur.

Inutile de vous dire qu’au départ j’étais venue en solitaire pour me laver les yeux en ciel profond tranquilou mais … des p‘tits jeunes m’ayant rejoint et désirant observer ce qu’ils n’avaient jusqu’à présent jamais fait, j’ai du faire ma maligne à déballer mes immenses connaissances en leur faisant croire que je maîtrisais parfaitement le sujet et mon télescope…
Vous l’aurez compris, ne pouvant jamais me retrouver seule tranquillement, ma soirée s’est donc métamorphosée assez rapidement en une petite soirée « de tout début d’initiation » à l’astronomie avec un montrage (bin y’en a bien qui disent paintage…) de constellations, un visionnage de planètes et de gros objets du ciel profond, avec, vous me connaissez maintenant, un discours de rêve au doux son de ma voluptueuse voix souple et amicale … argumenté bien sûr de grandes citations galiléo-platoniciennes achetées en promo au marché aux puces..

Parmi ces parasites :
- David, un belge étudiant en médecine visiblement très intéressé.
- Baptiste un p’tit blondinet aux faux airs angéliques qui après avoir donné un gros coup de genoux vous annonce candidement que la planète bouge trop vite…
- André, un agriculteur, chasseur, c’est lui qui… non j’en dis pas plus. angry

Bon fini, les présentations, on passe aux choses sérieuses maintenant.
Après une mise en station correcte avec la polaire (!), l’équilibrage et autres réglages, je commence d’abord par pointer la Lune. Mais, soudainement…. un craquement de branche. Je sursaute et m’arrête de respirer quelques secondes en bloquant les freins. Puis, assène un grand faisceau de laser torche vers la forêt. Bredouille! Pas un seul ours polaire qui pointerait sa truffe à 3km à la ronde, le néant faunistique… confused
Pseudo rassurée, ou plutôt déçue qu’il n’y ait aucune bête féroce, je continue et leur montre la Lune sans pouvoir trop grossir à cause de la turbulence. Mais déjà, là, ils étaient bluffés de voir autant de cratères.

« Hey, la grosse là bas, y’a Mars ou Vénus je pense ». Ce qui est sûr c’est qu’on ne peut pas lui reprocher son enthousiasme. Et puis, même si ce n’était pas la bonne, à son âge, il a compris qu’il s’agissait d’une planète. J’adore ces petites transitions à la demande pour changer de cible. Donc, petite escale sur Jupiter et avant que je ne donne d’informations sur les choses à voir « waahhh on voit même les anneaux ». Sur le coup, je me suis demandée avec quoi ils auraient pu confondre les anneaux de Jupiter, … Mais, c’était tout bêtement avec les bandes équatoriales.

Puis, entre en scène Monsieur George qui prit la place du garçon pour observer en premier et stupéfait, lance (à dire l'air snob coincé coiffé d'un brushing parfait ..) « voir ces anneaux d’aussi près, c’est vraiment extra ordinaire, notre humilité en prend un coup » …. », il daigne enfin laisser Batiste observer.

Pendant ce temps, je ne sais pour quelle raison à ce moment là, l’homme me dit « c’est vrai que c’est extra ordinaire, c’est comme ces lignes de bidule magnétique, c’est curieux comme hypothèse pour expliquer la légende de Rennes, mais après tout pourquoi pas. Non ? ». Étant très gênée, par l’incompréhension de la venue soudaine de ce sujet sans rapport avec le reste, j’acquiesça sans rien dire et continua à l’écouter sans oser le contredire… Après tout, si ça se trouve il a raison, Roswell est bien là, mais les américains ont réussi à le fondre avec ces lignes de champ. On sait bien qu’on nous cache tout de toute façon, on a jamais le droit de savoir des choses intéressantes nous… c’est toujours pareil de toute façon.

« Heureusement » que le petit intervient pour me sortir de là, enfin d’une drôle de façon je vous l’accorde. « Bin, j’vois rien moi, j’crois que la planète bouge trop vite, elle est déjà partie ». Ouais, tu m’étonnes, vu le coup de genoux que tu lui as donné, tu dois avoir un hématome… M’enfin, je ne voulais pas le perturber dans son adolescence comme qui dirait et me suis contacter de la remettre dans le champ.

Puis, David me demande un tour des constellations, alors j’vous dit pas la galère à faire des signes les bras tendus alors que je fais un mètre dix, lui en fait deux mètres vingt (ouaip, la vie est injuste…).. A priori, pas si simple qui n’y parait en fait. Ah, au fait regardez ça ! La voix lactée en entier d’un horizon à l’autre !!! Là tout le monde était ébahi je crois, ça aussi, c’était la première fois qu’ils la voyaient.
Et pour accompagner ce plaisir, je vous livre une petite douceur, toute remplie de la naïveté et de l’émerveillement d’un enfant. « Waaaw, elle fait au moins deux kilomètres ». Deux grands yeux rivés vers ces milliards d’étoiles, je m’évade et rêve…

Enfin, pas pour longtemps ….confused Les grands arrivent tous bruyants. Et paaam, décidément, si le trépied tient la soirée… « Il y a quelque chose à voir ? » (je ne sais pas pourquoi, enfin si, mais je déteste cette question… ) Allez à la demande des « petits », qui en avaient marre de remettre Jupiter pour les retardataires, la prochaine cible sera m8, un amas et une nébuleuse dans le sagittaire. Bien que les jeunes avaient priorité, on n’a quand même pas empêché les vieux d’observer ( langue), mais j’avoue avoir vite regretter… Je leur explique donc comment faire la mise au point ainsi que ce qu’il faut voir et puis rejoint David pour parler d’étoiles filantes. Et puis au bout d’un moment, j’entends André marmonner « mais qu’est ce qui m’arrive, je ne vois rien… ».

Je m’approche pensant que peut être que l’objet était sorti du champ bien que j’avais motorisé la monture et il suivait bien à plus fort grossissement.. Et là… j’arrive juste, le secondaire tremblotant à deux doigts de tomber. Au lieu de tourner la molette pour la mise au point, il avait tourné les vis du secondaire... zouave interplanétaire ! ectoplasme à roulette! Simili-martien à la graisse de cabestan !!!

Stoooooop !! pleure pleure Alors, d’abord des coups dans le trépied et puis ça… j’veux bien « sacrifier » ma soirée, mais dans ces conditions, c’est plus possible.

Heureusement qu’on vient me chercher pour me dire de plier pour partir. Bon, je faisais l’oursonne des Pyrénées à vouloir passer la soirée seule prétendant qu’ils me dérangeaient tous, mais j’ai réellement pris du plaisir, du moins avec les enfants (rigole ) et vous invite vivement à partager vos soirées avec des non initiés.

En défaisant mon matériel, un tout petit enfant rikiki de 3 ans vient m’aider (oui, c’est l’âge où on est encore serviable… hihi) et je me suis dit qu’il n’était jamais assez tôt alors je lui demande « tu as vu toutes ces étoiles dans le ciel ? ». Et lui me répond que c’est joli, peut-être pour me faire plaisir, mais à cet âge j’en doute, puis ajoute « combien y ‘en a ? » …. D’un côté un fils de matheuse, que voulez vous rigole rigole

Voilà, la soirée s’achève tout doucement même si elle se poursuivra à la maison. Une soirée croquignolesque parsemée de quelques frayeurs tout de même…

Je vous relâche à vos occupations, merci de m’avoir « écoutée »,
Bonne journée.

Pour m'écrire