Accueil Astrophys. Astronomie Sciences Bricos Observation

Mais dites leur donc... d'éteindre la lumière !!!

Pauvre provinciale, je découvre la Ville Rose… snif

Quelques fois, il m’arrive de regarder par la fenêtre sans oser m’y approcher trop tardivement. Mais ce soir, je me risque quand même, les jumelles à la main, à la rencontre d’un quelconque photon ayant voyagé pendant plus d’un nano de nano seconde. Un photon, un vrai !... (pas comme ces pseudo photons artificiels qui s'la jouent.. parce qu'on les voit de loin... Candides! s'ils savaient ..)

Alors, le site est loin d’être paradisiaque, il n’y a jamais d’éclipse totale chez moi, mais toujours cette pénombre qui m’aidera sûrement un jour à ne pas me perdre dans mes 15m²… ça doit être fait exprès.., parait que les étudiants font beaucoup la fête..
Bien qu'il ne fasse pas très chaud, il n’y a toujours pas cette douce odeur (D’ailleurs est ce bien une odeur ? ) accompagnant la fraîcheur automn-hivernale qui vous pousse à porter une écharpe autour du cou et qui vous humidifie les yeux donnant à ces étoiles une si belle saveur.

Dehors, assise, l’herbe n’est pas bonne non plus… de toute façon, tout est à jeter !
C’est d’ailleurs pour ça que ma monture n’a pas voulu sauter d’elle-même dans la voiture *. Pour vous dire, même les jumelles ont essayé de se suicider en s’enfuyant furtivement de mes doigts...

J’exagère toujours… Enfin presque tout le temps.

Tout a en fait commencé mercredi soir où après avoir attendu mon frangin qui ne viendra pas, je traîne les pieds pour rentrer, et lève machinalement les yeux. Je ne sais pourquoi je ne me suis pas encore résignée à cette fâcheuse habitude de jeter un œil ou deux vers le ciel (peut être à cause des avions...ou des oiseaux)
Et là, je vois ISS qui passe à deux doigts de la Lune, pas à des milliers de km, non, à deux doigts !! Bizarrement, sous cette euphorie passagère, j’aurai voulu la partager avec un toulousain, mais un vrai toulousaing, n'est ce pas! Aborder un inconnu tels que ces coureurs qui font leur jogging au bord de la Garonne, indifférent, qui ne se préoccupe pas de ce qui se passe autour, de ce qu’il y a « au dessus » et lui lancer un « regaaaaarrde !!! », comme pour essayer de lui faire passer ce réflexe qui est, j’ai l’impression si peu pratiquer ...
Mais, là où d’habitude il y a tant de monde que l’on en ferait vomir une vache, je n’étais que toute seule. Cette solitude n’était pourtant pas déplaisante car malgré ces lumières abondantes, au regard de Jupiter et au sourire complice de la Lune, je me retrouvais, petite poussière de l’Univers qui regarde bien loin dans l’espace et dans le temps. (1 minute… c’est toujours ça de gagner)

Ce sympathique moment fut vite abrégé par une couverture nuageuse qui oxydera le côté sud-ouest, ne me laissant plus que ce orangé pâteux tout juste bon à accueillir les martiens avec hospitalité en se mettant à leur couleur. Mais après tout, s’ils viennent, c’est peut-être bien pour profiter du bleu…

Puis, la soirée reprendra jeudi soir à travers la fenêtre… ( j’me fiche pas mal de ce que vous allez m'dire à ce propos ). Évidemment, je n’ai pas accès à beaucoup de chose, à vrai dire, Cassiopée et Pégase rentre tout juste pile poil, et un bout de Persée qui se fond dans le bâtiment A …
Qu’à cela ne tienne, comme dirait ma grand mère "Je suis du bois qu'on fait les flûtes."
Déterminée à trouver Andromède, je me procure les jumelles et part de Pégase vers la pince du crabe (constellation d'Andromède) en empruntant le chemin habituel. Et là, Paf ! Wèèèèèèèèè une tache flou !!!! Sur le coup, j'étais vraiment espantée et heureuse de la revoir!
Puis, ma réaction a rapidement était "Mais dites leurs donc d'éteindre la lumière ! Qu'ils aient tous un peu conscience de tout ce qu'ils ratent ... ! "

Je m'explique: si en campagne, on voit une élégante galaxie dont les extensions occupent une bonne partie du champ, en ville, ça ne restera que jeune mouton malade sans queue ni tête....

Ensuite, je me dirige vers le double amas. Mes réactions furent à peu près les même, dans l'ordre inverse je crois. Toujours ce goût amer vis à vis de ces lampadaires mais tout de même contente d'avoir recueilli ces quelques photons fatigués...

De cette "micro-obs" naitra quand même une nouvelle vocation: si je ne réussis pas dans ce que je veux faire et que le poste de ramoneur au VLT est déjà prix, j'écrirai les histoires de Père Castor. D'un père Castor qui voyait la voix lactée quand il était jeune en pleine ville...

Voilà, merci d'avoir lu ces quelques lignes... Et surtout, essayons tous ensemble de protéger ce ciel si merveilleux à nos yeux ! Parce que, c'est vraiment écœurant de s'apercevoir de ce que l'on peut rater ... Et surtout de s'imaginer que plein de p'tits jeunes pour qui les étoiles et la Lune sont un tout premier émerveillement ne verront peut-être jamais la voix lactée.

A+ :-)

* En vérité, j’ai tout de même été assez bête, étourdi, stressée, bête… pour ne prendre que le tube et oublié la monture…

Pour m'écrire